Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s camarades,

C’est une bien mauvaise nouvelle que nous devons vous annoncer en cette rentrée 2015.

L’avenir du mouvement des ASTI est mis en péril par le refus de subvention que nous a opposé le Ministère de l’Intérieur par l’intermédiaire de la DAAEN (Direction de l’accueil, de l’accompagnement des étrangers et de la nationalité), au cœur de l’été. Un refus justifié par ces quelques lignes : « Malgré tout l’intérêt porté à votre demande, j’ai néanmoins le regret de vous informer que votre projet n’a pu être retenu au regard des priorisations que l’administration a dû effectuer dans le cadre d’une enveloppe budgétaire contrainte ».

Depuis quatre ans la DAAEN nous accordait une subvention d’un montant de 105 000 euros. Cette subvention visait à former les militant-e-s et les bénévoles aux droits des étranger-e-s, aux techniques d’écoute et d’accueil, à la prévention et détection de situations de violences faites aux femmes, à la sécurisation des parcours d’insertion, entre autres. Elle visait aussi à créer des outils et permettre des espaces de mutualisation des pratiques locales (accompagnement des personnes primo-arrivantes, accompagnement à la scolarité, formation linguistique, orientation vers les structures de droits commun, etc.)

Comme vous le savez, ce travail est essentiel pour mener et renforcer nos actions de terrain auprès des personnes migrantes et/ou en situation de vulnérabilité visant l’égalité des droits et le bien vivre ensemble.

Aujourd’hui par ce refus total, cette décision met en danger le mouvement des ASTI. Faute de justificatifs circonstanciés (aucun élément ne nous a été fourni jusqu'à ce jour pour contester la qualité de nos prestations et le sérieux de nos actions), nous pouvons nous interroger sur l'origine politique de ce retrait total de cette subvention à la FASTI. Dès réception de ce courrier, nous avons demandé un rendez-vous à  la directrice de la DAAEN qui devrait avoir lieu courant septembre.

Les mesures d’austérité, qui ont déjà considérablement réduit le tissu associatif, nous concernent aujourd’hui et risquent de faire disparaître une structure qui depuis 50 ans est connue pour son expertise, son action de terrain et son travail pour une citoyenneté réelle.

Par ailleurs, nous nous interrogeons sur le sens de cette décision dans un contexte général où :

-          Le nombre de personnes mourant sur les routes migratoires n'a jamais été aussi élevé ;

-          Les discours ouvertement xénophobes sont décomplexés ;

-          Les actes racistes se multiplient et les discriminations envers les étranger-e-s et les héritier-e-s  de l’immigration sont monnaie courante ;

-          Les lois sont de plus en plus suspicieuses et criminalisantes pour les migrant-e-s.

Face à cette situation et pour favoriser une société de démocratie réelle où chacun-e ait sa place, des associations comme la nôtre qui agissent avec les premier-e-s concerné-e-s sont nécessaires.

 

C'est pourquoi nous devons nous mobiliser et agir, là où nous sommes. C’est urgent !

 

Vous pouvez nous joindre en nous écrivant à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 01 58 53 58 53.

 

Nous comptons sur votre soutien ! La FASTI ne doit pas disparaître !

 

Vous pouvez nous soutenir en faisant un don en espèce, par chèque (à l’ordre de la FASTI) – 58 rue des Amandiers 75020 Paris.

Ou par virement sur le compte CCP n° 15 269 21 C PARIS

 

Merci de votre solidarité.