Présentation de la Commission Femmes

 

La Commission Femmes de la FASTI est une commission thématique « non mixte » qui a pourobjet de réfléchir sur les questions concernant les femmes, en particulier les femmes immigrées, ou issues de l’immigration, et de promouvoir et soutenir les actions menées par les ASTI, et leurs partenaires, engagés sur ces thèmes. Elle est un espace d’échange et d’action ouvert à toutes les intéressées qui répond à un besoin de positionnement et de revendications publiques et nationales pour les droits des femmes immigrées ou issues de l’immigration.

 

Cette réflexion commence à partir de 1974, lorsque, avec la fermeture des frontières et l’organisation institutionnelle du regroupement familial, les femmes arrivent en France afin de rejoindre leurs époux travailleurs immigrés le plus souvent. D’abord dans leur rôle de mères et après en tant que travailleuses, elles vont peu à peu témoigner de la double oppression qu’elles subissent en tant que femmes et en tant qu’étrangères. Les ASTI organisent, entre autre, des activités basées sur la solidarité entre les femmes, leur autonomie étant l’objectif.

 

De la formation de cette commission, dont les premières rencontres ont lieu au début des années 80', émergent des activités et des réflexions autour, d’une part, de la question de l’accueil des femmes dans les ASTI et, d’autre part, desproblèmes liés au manque d’informations et de réflexion sur leurs statut juridique et leurs droits sociaux.

 

La Commission Femmes de la FASTI se pose comme objectif principal de confronter les expériences et les réflexions qui émergent des ASTI, notamment concernant l’accueil spécifique des femmes immigrées au cours des permanences, en vue de l’améliorer. Il s’agit ici de réunir des femmes françaises et immigrées, afin de créer un espace permettant d’échanger leurs compétences, de favoriser leur autonomie, en leur donnant les moyens de s’organiser par et pour elles-mêmes, et enfin de mobiliser, sensibiliser et informer sur les inégalités et les discriminations qu’elles peuvent subir.

 

Dans un processus de mondialisation et de domination du Nord sur le Sud de plus en plus fort, qui pousse et souvent oblige les populations à l’émigration, la FASTI et la Commission Femmes s’engagent pour la libre circulation et la libre installation de toutes et tous.

Pour cela, la Commission Femmes mène, au sein de la FASTI, des actions spécifiques :

  • lutte contre toutes les formes de discrimination,
  • lutte contre la domination patriarcale,
  • dénonciation du système prostitutionnel qui exploite notamment les femmes migrantes...
Ces discriminations liées au genre ou à l’origine ethnique s’articulent en renforçant le poids des représentations négatives.

 

Cet espace d’échange a donc pour but d’accompagner les femmes, dans un processus de réappropriation de leur condition de sujet autonomes. Ainsi, actrices de leurs propres histoires, les femmes créent les conditions favorables à la mise en place d’une démarche d’autodétermination.

 

La double violence à laquelle elles doivent souvent faire face une fois arrivées en France les maintient dans la précarité. Aujourd’hui encore, une femme immigrée qui divorce, se voit refuser le renouvellement de son titre de séjour. Dans un contexte de régression généralisé des droits des étrangers-e-s sur le sol français, cette négation de droits pénalise notamment les femmes ressortissantes de pays ayant signé des accords bilatéraux avec la France. Elles subissent ainsi, d’une part, une législation discriminatoire au nom de la spécificité culturelle et d’autre part, un refus de renouvellement de leur titre de séjour.

 

Ainsi, elles sont réduites à la condition d’objets victimisées et infantilisées. C’est pourquoi, la Commission Femmes de la FASTI a été réfléchie comme espace dynamique de travail collectif, travail d’accompagnement des femmes sur leur chemin. Celui qu'elles choisiront. L'autonomie, c'est-à-dire la capacité à s'autodéterminer, est un élément fondamental, une valeur fondatrice pour tous ceux qui veulent se montrer solidaires.